24.08.2018

#RentréePolitique Hervé Morin sur France Info

 

 

 

 

 

 

Alors que le gouvernement fait sa rentrée politique ce mercredi, Hervé Morin regrette sur franceinfo "l'enfermement progressif" d'Emmanuel Macron "auquel n'échappe presque aucun président de la République".

"Au bout du compte souvent on a des grandes désillusions", explique Hervé Morin. Le président de la région Normandie poursuit : "Ce que je ne voudrais pas c'est que la France vive le syndrome italien : Matteo Renzi et les populistes. Un premier ministre brillant dont tout le monde disait ça y est, il va réformer le pays c'est formidable. Puis au bout du compte on a la désillusion absolue. Je ne veux pas de ce schéma pour la France. Donc j'ai dit au président : ne vous coupez pas de ceux qui ont envie de réussir avec vous". 

Le gouvernement fait sa rentrée mercredi en se réunissant en Conseil des ministres. Invité de franceinfo ce mercredi, le président de la région Normandie Hervé Morin estime que sur certains points, le bilan de la première année d'Emmanuel Macron est "décevant".

"Il y a des sujets sur lesquels je suis à fond favorable, il y en a d'autres je dis au gouvernement vous êtes décevants parce que vous n'êtes pas modernes sur la gestion publique, pas modernes sur la construction d'une gouvernance qui doit être conforme à celle des autres pays européens, c'est-à-dire très décentralisée voire fédérale, entre autre", explique Hervé Morin

Autre point de critique, l'emploi. "On est encore aujourd'hui avec un chômage massif. Il y a besoin d'avoir une organisation opérationnelle et efficace, mais on ne l'a pas mise en place parce qu'on a continué à avoir une multitude d'acteurs et qu'aujourd'hui il vaut mieux faire appel au Bon Coin pour avoir un boulot plutôt qu'a Pôle Emploi.

Autre question soulevée par Hervé Morin : "Pourquoi y-a-t-il 100 000 fonctionnaires de plus à Bercy qu'il n'y en a au ministère des Finances allemand ? Parce que ces gens-là ont le pouvoir, parce que ce sont eux qui organisent le pays, eux qui l'arbitrent. Donc au bout du compte ils appliquent aux autres ce qu'ils évitent de s'appliquer. Moi je préfèrerais que ces gens de Bercy soient plutôt dans les hôpitaux ou à la police".

 

  

 

 

Partager :  

Autres Actualités

24/04/2019
Accueillant François-Xavier Bellamy et Laurent Wauquiez dans sa Région au port de Ouistreham pour évoquer les conséquences concrètes du Brexit, Hervé Morin a réaffirmé l'importance de l'alliance entre Les Centristes et Les Républicains pour les élections européennes, mais également celles à venir...
11/04/2019
Rapporteur sur le thème du transport aérien pendant dix ans à l'Assemblée nationale, Charles de Courson, député et vice-président de la commission des finances, trouve absurde les raisons pour lesquelles le gouvernement a décidé de privatiser Aéroports De Paris (ADP). "Le gouvernement a fait...
09/04/2019
Dans la nuit d'hier, les députés ont débattu avec le ministre de l'économie Bruno Le Maire de la taxe GAFA qu'il souhaite instaurer. Charles de Courson, député du groupe "Libertés et Territoires" à l'Assemblée nationale, vice-président de la commission des finances, estime que le gouvernement fait...