15.04.2016

Primaire 2016 : lettre d'Hervé Morin aux élus

Lors du congrès de l’UDI du 20 mars dernier, les militants se sont exprimés dans le sens de nos attentes. Le Centre a vocation à participer aux primaires dès lors qu’un pacte majoritaire aura été conclu avec Les Républicains : sur les conditions d’organisation des primaires (transparence, déroulement du scrutin, équité des candidats), sur le socle de valeurs communes qui nous cimente ainsi que sur les priorités de la majorité quel que soit le candidat sortant des urnes (libération des énergies, reconstruction européenne, lutte contre les déficits, projet pour l’école),  sur la majorité législative qui portera le nouvel exécutif. En l’absence d’accord, nous ne devons pas participer aux primaires.

Et à ce jour, aucun accord de ce type n’a été conclu avec Les Républicains.

Dans ces conditions, j’estime aujourd’hui prématuré l’engagement de l’un d’entre nous derrière telle ou telle personnalité en lice pour ces primaires et je vous invite donc, au moins momentanément, à observer une retenue de circonstance.

Plusieurs éléments justifient à mon sens cette réserve et je souhaitais vous en faire part :

  • nous ne connaissons pas encore la liste officielle des candidats. Il est vraisemblable qu’une partie des personnalités déclarées, soit renoncera avant l’heure, soit ne disposera pas des soutiens nécessaires.
  • pour des raisons tactiques ou matérielles, plusieurs candidats restent encore très silencieux sur leur projet. Or, tout soutien de notre part doit être selon moi l’adhésion à des idées plus qu’à une personne quels que soient ses mérites.
  • les Français n’ont pas encore intégré cette primaire dans leurs préoccupations. Cette compétition n’aura lieu que dans plusieurs mois et bien d’autres soucis animent nos compatriotes. Tout soutien pour le moment n’est donc pas entendu.
  • si le souhait d’une majorité d’entre nous est de soutenir une candidature, j’estime aussi qu’un soutien groupé à un moment stratégique de la campagne sera beaucoup plus visible et efficace qu’un soutien anticipé et dispersé. Soutenir un candidat tout de suite ne sert ni lui ni Les CENTRISTES.

Ces différentes raisons justifient la position de prudence et de réserve que je vous recommande en tant que président de notre formation. Si un accueil républicain et protocolaire est ainsi normal vis-à-vis d’un candidat qui se déplacerait dans votre territoire, je ne crois pas que la participation militante à un meeting serve à ce jour les intérêts de notre parti.

En vous remerciant une nouvelle fois pour l’esprit d’équipe dont vous faites preuve et qui nous sera encore si nécessaire dans les mois à venir, je vous adresse mes plus fidèles amitiés.

Partager :  

Autres Actualités

11/02/2019
En sa qualité de Président de Régions de France, Hervé Morin a cosigné avec la Fédération Hospitalière de France, l'AMF et l'ADF une tribune commune demandant au gouvernement une meilleure concertation concernant le projet de loi santé, auquel cas les pistes proposées par la loi ne répondront que...
07/02/2019
Charles de Courson, député Les Centristes du groupe Libertés et Territoires à l'Assemblée Nationale, nous livre son analyse concernant le sujet des niches fiscales. Il considère que s'il faut s'y attaquer, la bonne méthode n'est pas d'en supprimer certaines mais plutôt de revoir globalement leur...
07/02/2019
Avec François Baroin et Dominique Bussereau, Hervé Morin s'est vu attribuer le prix de l'élu local de l'année. Avec leur association "Territoires Unis" défendant les libertés locales, les Présidents de Régions de France, de l'AMF et de l'ADF se sont particulièrement distingués en cette année 2018...