11.03.2019

Notre motion pour une alliance avec Les Républicains.

 

Notre motion pour une alliance avec Les Républicains

 

L’Europe est à un tournant majeur de son histoire. Face à la montée des extrémismes et au travail de sape des eurosceptiques, la France a le devoir de se positionner en rempart résolu de l’idéal européen. Mais elle doit le faire avec lucidité et sans naïveté. 

 

Il est grand temps de redonner sa chance à l’Europe, de la doter d’une véritable ambition afin qu’elle défende davantage ses intérêts sur le plan international et qu’elle soit beaucoup plus attentive aux préoccupations de nos compatriotes. Sans élan, la construction européenne trébuche, piétine, se perd dans des constructions technocratiques très éloignées de ce que nous sommes en droit d’attendre dans cette période ou les défis sont gigantesques pour préserver la paix et la sécurité.

 

Nous souhaitons porter avec Les Républicains ce grand chantier devant les Français à l’occasion des élections européennes du 26 mai 2019. Dans cet objectif, ils formeront une liste commune fondée sur les valeurs et les idées inscrites dans les motions « 7 piliers du projet européen » et « Pour une Europe des territoires » votées respectivement par Les Républicains le 30 juin 2018 et Les Centristes/Nouveau Centre le 25 novembre 2018. 

Cette alliance avec Les Républicains portera non seulement sur la présence de 8 candidates sur la liste d'union mais aussi sur des marqueurs centristes dans le projet commun que nous présenterons aux Français. 

Parce que nous avons une vision humaniste et lucide de l’Europe et du monde, nous nous engagerons ensemble à mettre en place un Plan « Marshall » de croissance partagée Euro-Africain et à relancer l’Union pour la Méditerranée afin d’empêcher l’importante vague d’immigration prévisible non seulement pour des raisons économiques ou démographiques mais aussi en raison du réchauffement climatique. En parallèle et dans le même esprit de coopération, nous élaborerons un programme de lutte contre l’immigration illégale, nous donnerons les moyens à l’UE de mieux assurer le contrôle de ses frontières en créant, notamment, un corps de garde côtes/garde-frontières Européen et développerons avec l’Afrique une collaboration effective pour le retour des déboutés du droit d’asile. 

Parce que nous pensons que c’est au plus près des personnes que se prennent les bonnes décisions nous nous engagerons ensemble à promouvoir l’Europe des territoires. Nous prendrons en compte leurs spécificités dans les politiques européennes et nous confierons les fonds européens aux Régions afin qu’ils soient orientés vers la réduction des fractures territoriales - numérique, santé, transports ... -qui frappent nos territoires notamment ruraux et semi-urbains.

Parce que nous sommes solidaires de nos agriculteurs, nous demandons que la politique agricole commune ne fasse pas les frais du Brexit et des nouvelles priorités européennes, et nous demandons que les Régions gèrent au-delà des mécanismes de solidarité nationaux le 2ème pilier de la PAC pour favoriser les soutiens locaux aux projets agricoles.

Parce que nous sommes mobilisés sur l’enjeu primordial de la transition écologique, nous nous engagerons ensemble à élaborer et à mettre en œuvre un nouveau programme européen à horizon 2030. Il sera porté par un Haut-Commissaire européen dédié à l’impact climatique et à la biodiversité avec pour mission transversale de contrôler et valider l’engagement de programmes européens vers l’objectif COP25 et suivantes.

Parce que nous sommes déterminés à construire une Europe plus juste, nous nous engagerons ensemble en faveur d’une harmonisation de l’assiette de l’impôt sur les sociétés et souhaitons que les règles sur les travailleurs détachés soient revues pour éviter la concurrence déloyale et des pratiques sociales inacceptables.

Parce que nous croyons dans l’Europe de la défense, et que nous ne croyons pas pour autant à la création d’une armée européenne, nous voulons un État-major européen et une agence de cyberdéfense européenne. Pour nous, la construction de l’Europe de la Défense c’est d’abord la construction d’un programme européen d’armement et la détermination européenne de ne plus être dépendants des américains sur un certain nombre de technologies.

Parce que nous sommes attachés à l’euro, nous nous engagerons ensemble à agir avec volontarisme en faveur de la monnaie européenne au profit de notre influence commerciale et contre les sanctions extraterritoriales des États-Unis et bâtirons une avant-garde intégrée de la zone euro.

Parce que nous sommes des partisans d’un patriotisme économique européen, nous devrons nous défendre contre les conditions inégales de concurrences (sociales, sanitaires, environnementales…) en encourageant « le Made in Europe » notamment pour les marchés publics.

Parce que nous ne voulons pas que les GAFAM et BATX imposent leurs normes et leur conception de l’homme et du monde, nous mettrons tout en œuvre pour que l’Europe reprenne en main son destin numérique et le leadership de la recherche scientifique et de l’IA. Le programme Horizon Europe (2012-2027) de 100 milliards d’euros devra permettre l’émergence de projets et de nouveaux champions industriels européens recourant dans la mesure possible à des partenariats public-privé (PPP).

Toutes ces mesures nécessitent pour leur mise en œuvre un surcroît de volonté politique de la part des États membres qui en partagent les mêmes orientations. Certaines d’entre elles pourront s’appuyer sur les dispositifs communautaires existants en recourant si nécessaire aux procédures de coopération qui permettent de progresser sans attendre l’implication de la totalité des États membres. Cela pourra aussi passer des accords intergouvernementaux bi ou multilatéraux. 

L’Europe a une histoire, une identité, une culture et des valeurs. Nous croyons et défendrons cette civilisation européenne basée sur la protection des grandes libertés fondamentales, collectives et individuelles, qui constituent le socle européen, sur l’égalité entre les personnes et notamment les droits accordés aux femmes et sur les libertés inaliénables qui fondent une société moderne.

Nous Républicains et Centristes, croyons à l’Europe ! Nous entendons ranimer la flamme de l’idéal européen en provoquant une rupture avec la politique européenne minimaliste de ces dernières années, au profit d’une politique européenne volontariste qui protège et qui apporte des améliorations concrètes au quotidien de nos compatriotes.

Motion adoptée par le Comité Exécutif du mardi 12 mars 2019 par 26 voix pour, 8 contre et 3 abstentions

Partager :  

Autres Actualités

20/07/2019
Nathalie Colin-Oesterlé, député européenne Les Centristes, lance sa rubrique de vidéos visant à rapprocher le citoyen de l'Europe en décortiquant l'activité du Parlement européen. Élection d'Ursula von der Leyen, lutte contre la pollution de l'air, commission environnement... tel est le menu de...
17/07/2019
Emmanuel Dupuy, Président de l'Institut Prospective et Sécurité en Europe, secrétaire national Les Centristes sur les questions relatives aux relations internationales, salue la volonté de la France de créer à terme une armée de l'air et de l'espace afin de peser dans l'espace extra-atmosphérique...
16/07/2019
Pierre Maurin, secrétaire national de notre parti en charge des questions liées à l'économie et à l'emploi, réagit à la réforme de l'assurance chômage engagée par le gouvernement. S'il salue l’esprit de responsabilité dans la recherche d’économies et le retour à l’équilibre du système qui accuse un...