24.05.2020

[nos élues en action] Cette semaine, Jennifer Salles-Barbosa

Entretien avec Jennifer Salles-Barbosa, 40 ans, avocate, Conseillère régionale de la Région Sud, 
Présidente de la Commission "Tourisme" et Vice-présidente du Comité Régional du Tourisme.
Elle est aussi candidate aux élections municipales à Nice sur la liste menée par Christian Estrosi.

 

>> Comment se déroule le déconfinement à Nice ? Et plus généralement en région SUD PROVENCE ALPES COTE D'AZUR ?  

Jennifer Salles-Barbosa : Après deux mois de privations et avec le beau temps il y avait une très grande attente. Néanmoins la population a conscience de la situation et de la nécessité de respecter les gestes barrières. On peut donc dire que le déconfinement se passe dans de bonnes conditions ce qui nous donne confiance pour la suite.

 

>> Quel accord avez-vous réussi à trouver avec le préfet pour l’ouverture des plages à Nice ? Quel premier bilan ? Quelles leçons à tirer pour la période estivale ?  

Jennifer Salles-Barbosa : Le dialogue avec le Préfet a été très constructif. Les plages ne sont pas le lieu où la concentration est la plus forte. En outre c’est un espace de plein air. Le Préfet a accepté l’ouverture des plages à condition que la fréquentation soit dynamique et non statique. La natation ainsi que la promenade sont autorisées mais pas "la bronzette". Néanmoins les gens sont raisonnables et finalement la police n’a pas eu à intervenir. 

Pour la saison estivale nous allons mettre au point un protocole pour la gestion des flux sur les plages. Ce protocole sera facile à appliquer sur les plages privées du fait de la présence d’un personnel qui contrôlera l’application des consignes. Par ailleurs, les transats, les tables des restaurants seront espacés de façon à respecter les normes sanitaires. 

Concernant les plages publiques, les villes mettent actuellement au point des procédures pour la gestion des flux. Il sera nécessaire de faire beaucoup d’information auprès de nos visiteurs, en plusieurs langues, de façon à responsabiliser chacun.
 

 >> Quelle prochaine étape ? L’ouverture des restaurants et bars ?

Pour la relance du tourisme, l’ouverture des restaurants et des bars est un point de départ.  En effet, l’hôtellerie peut difficilement attirer des clients sans l’ouverture de ces établissements. Ceux-ci se préparent activement à rouvrir.

La ville de Nice va permettre l’extension des terrasses afin de compenser le manque à gagner avec l’espacement des tables ainsi qu'une exonération des redevances des terrasses pour les 6 mois qui viennent. La Région Sud donnera un bonus de 10% aux communes (pour leur dossier d'aide annuel FRAT) de la région qui appliqueront cette exonération de la redevance de manière à les inciter à le faire et à généraliser au maximum cette aide pour le professionnels.

C’est plus compliqué pour les petits établissements qui en outre ne disposent pas de terrasses. Chacun travaille pour trouver des solutions. 

L’autre point incontournable est la reprise du transport aérien. Celui-ci devrait reprendre progressivement dans l’espace aérien national dans le courant du mois de juin.

La reprise devrait commencer à se faire sentir dans l’espace Européen à partir de juillet. Pour la Côte d’Azur qui accueille 65% de clientèle étrangère, c’est un sujet et un enjeu majeur.
 

>> Vous êtes plutôt optimiste pour la prochaine saison estivale ?

Nous restons raisonnablement optimiste. Nous tablons sur une clientèle essentiellement Française. Près de 8 millions de Français passent leurs vacances hors de France. Cette année ils seront nombreux à rester dans l’hexagone. 

D’autre part, nous pensons et espérons que les Européens Allemands, Autrichiens, Suisses, Belges, Néerlandais et Scandinaves pourront séjourner chez nous. Les Italiens qui sont nos voisins, seront très certainement présents également. Il y a une incertitude sur les Britanniques qui viennent de décréter une quatorzaine qui rendra les déplacements difficiles.  En revanche les clientèles Américaines, Russes et Asiatiques seront probablement absentes cette année, ce qui représente un gros manque à gagner.

 

>> Votre réaction au plan de soutien au tourisme du gouvernement ?

Le plan du Gouvernement est ressenti positivement par les professionnels qui sont soutenus. Sans ce plan, nombre d’entreprises auraient mis la clef sous la porte.

En revanche on peut déplorer que les budgets de la promotion n’aient pas été augmentés. Pour mémoire, le budget d’Atout France est inférieur à 40 millions d’euros, le budget de promotion de la Catalogne est de 60 millions d’euros ! En outre, le Gouvernement n’a rien prévu pour la relance du tourisme d’affaires. Espérons que d’autres annonces verront le jour pour cette activité.

Au niveau régional il y a des initiatives très concrètes dont un accompagnement global de 20 millions d'euros pour le Tourisme.

Par ailleurs un partenariat a été passé entre la région, l'ANCV (Agence Nationale pour les Chèques vacances) et les départements afin de pouvoir faire bénéficier aux salariés du privé de la région ayant travaillé au contact du public pendant le confinement d'un chéquier numérique de 500 euros à utiliser dans les hébergements, restaurants activités de loisirs dans notre région pour relancer l'économie le plus rapidement possible.

Nous lançons également dans le même temps, avec Renaud MUSELIER, le Président de la Région SUD et Christian ESTROSI, le Président Délégué, Le Comité Régional du Tourisme Provence Alpes Côte d'Azur et nos 14 partenaires territoriaux, un Plan de 2 millions d'euros de promotion et de communication ambitieux pour soutenir notre économie touristique : " On a tous besoin du SUD" de façon à attirer la clientèle française chez nous.

 

Lire aussi l'interview à Territoires! du 16 avril 2020 : " Nous allons lancer un programme lié à l’innovation touristique pour soutenir les entreprises de ce domaine."

 

© Les Centristes / NJ / 23 mai 2020

Partager :  

Autres Actualités

28/05/2020
  Entretien avec Arnaud Tanquerel, adjoint au maire de Bayeux en charge de l'environnement, des sports, des loisirs et de la jeunesse ; vice-président de Bayeux intercom en charge de l'enseignement.   En tant que vice-président en charge de l’enseignement au sein de l’intercommunalité de Bayeux,...
27/05/2020
Hervé Maurey, sénateur, Président de la commission de l'aménagement du territoire et du développement durable au Sénat, questionnait la ministre de la cohésion des territoires Jacqueline Gourault sur les conséquences économiques et financières de la crise du Covid-19 sur les collectivités...
27/05/2020
Dans une tribune accordée au magazine L'Opinion, notre députée européenne Nathalie Colin-Oesterlé plaide pour une coopération entre États membres pour lutter contre les pénuries de médicaments en Europe.   La question éminemment sensible de la pénurie de médicaments et de matériel médical à...