25.03.2020

Nathalie Colin-Oesterlé : "L'urgence n'est pas à l'élargissement de l'Union européenne."

 

S'adressant par écrit au Président de la République, notre députée européenne Nathalie Colin-Oesterlé appelle Emmanuel Macron à voter contre l'ouverture des négociations pour faire adhérer la Macédoine du Nord et l'Albanie. En plus d'estimer que le moment est mal choisi pour faire cela sereinement, elle considère que l'urgence est le renforcement de la coopération entre les États membres et à l'harmonisation des règles en vigueur.

 

Lettre ouverte au Président de la République

 

Monsieur le Président de la République,

 

À l’heure où l’Union européenne est confrontée à la plus grande crise sanitaire de son histoire, le Conseil européen est amené à se prononcer demain jeudi 26 Mars sur l’ouverture du processus d’adhésion à l’UE de deux nouveaux Etats, la Macédoine du Nord et l’Albanie. Pour être effective, cette décision requiert l’unanimité des chefs d’Etats et de Gouvernements de l’Union.

 

Le moment, vous en conviendrez, est particulièrement mal choisi.

 

Monsieur le Président de la République, en ma qualité de Députée européenne, je vous encourage à voter contre l’ouverture de ces négociations, et ce pour deux raisons principales.

 

La première raison est que l’urgence n’est certainement pas à l’élargissement de l’UE mais au renforcement de la coopération entre les États membres. La crise que nous vivons nous montre à quel point la coopération peut s’avérer complexe dans bien des domaines comme la santé mais aussi la justice, la politique industrielle ou encore la lutte contre le changement climatique.

 

La deuxième raison est que nous devons en priorité renforcer l’harmonisation des règles en vigueur dans les différents pays de l’Union européenne. Je prendrai, pour illustrer mon propos, deux exemples très concrets : la fiscalité et les règles en matière d’utilisation des produits phytopharmaceutiques qui divergent selon les États membres. Ce manque d’harmonisation nuit considérablement à la cohésion européenne et il serait tout à fait inopportun de compliquer encore ce long processus.

 

Lors de la réunion des Ministres des affaires européennes le 24 Mars, la France n’a pas fait entendre d’opposition à l’ouverture de ces négociations. Lors de la réunion du Conseil européen les 17 et 18 Octobre dernier, vous appeliez à une révision du processus d’adhésion, sans vous prononcer sur le fond de ces demandes d’adhésion.

 

À l’occasion du prochain Conseil européen prévu demain jeudi 26 Mars, il vous appartiendra de vous prononcer de façon très claire sur le choix d’entamer ou non le processus d’adhésion pour ces deux pays.

 

Consciente que l’Union européenne fait face à un moment historique et doit repenser son fonctionnement et sa gouvernance, je vous invite à voter contre l’ouverture de ces négociations.

 

Je vous prie d’agréer, Monsieur le Président de la République, l’expression de ma haute considération.  

 

Nathalie Colin-Oesterlé,
Députée européenne.

Partager :  

Autres Actualités

28/05/2020
  Entretien avec Arnaud Tanquerel, adjoint au maire de Bayeux en charge de l'environnement, des sports, des loisirs et de la jeunesse ; vice-président de Bayeux intercom en charge de l'enseignement.   En tant que vice-président en charge de l’enseignement au sein de l’intercommunalité de Bayeux,...
27/05/2020
Hervé Maurey, sénateur, Président de la commission de l'aménagement du territoire et du développement durable au Sénat, questionnait la ministre de la cohésion des territoires Jacqueline Gourault sur les conséquences économiques et financières de la crise du Covid-19 sur les collectivités...
27/05/2020
Dans une tribune accordée au magazine L'Opinion, notre députée européenne Nathalie Colin-Oesterlé plaide pour une coopération entre États membres pour lutter contre les pénuries de médicaments en Europe.   La question éminemment sensible de la pénurie de médicaments et de matériel médical à...