07.02.2021

Jennifer Salles-Barbosa «Les conséquences du Covid 19 sur les étudiants sont déjà graves».

Jennifer Salles-Barbosa est conseillère régionale de la Région SUD et adjointe au maire de Nice déléguée aux solidarités, elle revient sur l'appauvrissement et l'isolement des étudiants issus de la crise du Covid19.

>> Vous êtes en contact avec les étudiants, quels sont les principaux maux dont ils vous font part ?

Jennifer Salles-Barbosa : En France, avec la crise, les incertitudes économiques, le chômage des jeunes, la situation des étudiants est très compliquée depuis des années. L’augmentation de 3,5% de boursiers peut déjà en témoigner avant même l’apparition du Covid. Avec la crise sanitaire, la situation s’est encore plus détériorée. Les médias, le gouvernement ont ciblés un certain nombre de catégories sociales. Malheureusement, les jeunes dans leur ensemble ne sont qu’à de très rares occasions, cités. Les aînés, les entrepreneurs, les personnels médicaux, les restaurateurs font depuis longtemps la une des chaines d’info en continue. Et les jeunes dans tout cela ? Les étudiants ? Ces derniers notamment sont particulièrement exposés. 
A Nice, ils sont près de 45 000. La plupart des étudiants qui avaient des petits jobs pour payer leurs études, leur loyer, de quoi se nourrir et se vêtir ont perdu ces emplois. Ils sont souvent liés à la restauration, aux pubs, différents secteurs extrêmement touchés par la crise, par les confinements successifs, le couvre feu, les restrictions et interdictions sanitaires... Aujourd’hui, leur situation financière est devenue critique.
Beaucoup d'étudiants ont de plus en plus recours aux épiceries sociales et solidaires, aux distributions alimentaires pour pouvoir se nourrir chaque jour correctement... C'est une situation très difficile à vivre, très choquante qui crée un véritable choc psychologique. Par ailleurs, l'isolement lié aux différents confinements, au couvre-feu et l'absence de cours en présentiel est très déstabilisants surtout pour les premières années qui découvrent l’université et ceux qui vivent loin de leurs familles dans leurs petites chambres d'étudiants.
Certains sont également loin de leur famille, ce qui crée un isolement supplémentaire. Même s’il est encore difficile d’estimer leur étendue, les conséquences de cette situation sont déjà graves et risque de créer « des promotions covid », perdues, isolées et abandonnées. Après avoir été l’un des maires les plus actifs dans l’épisode des masques, dans la gestion de cette crise, Christian ESTROSI a souhaité mettre en place un dispositif d’urgence pour venir en aide aux étudiants.

Tout d’abord, l’écoute. Aller à la rencontre des étudiants, accompagner les associations sur le terrain ont été la première priorité pour recréer un lien de vie. Nous sommes allés notamment dans des cités U pour les écouter, pour entendre leur détresse pour certains. Certains d’entre eux témoins de certaines souffrances ont offert leur soutien à leurs camarades plus impactés par la crise, se trouvant dans des situations très délicates. Dans ce contexte anxiogène, cette solidarité spontanée, cet élan de générosité m’ont fortement marquée et touchée.  

Puis, l’action. La Ville de Nice, le Centre Communal d'Action sociale (CCAS), l'Université Nice Côte d'Azur, le CROUS, l'ARS et le secteur associatif sont totalement mobilisés dans des actions opérationnelles cruciales. 

 

>> Avec cette explosion de la précarité des étudiants issue de la crise du COVID19, quelle stratégie a été mise en place par la Ville de Nice ?

Jennifer Salles-Barbosa : Dès le premier confinement, en partenariat avec le CROUS, la Ville de Nice a distribué des paniers repas, des produits frais aux étudiants afin qu'ils puissent se nourrir correctement. En complément de la nouvelle mesure mise en place par le gouvernement du repas à 1€ 2 fois par jours en resto U nous avons décidé d'un soutien au développement de nouvelles épiceries sociales et solidaires étudiantes (il est plus facile pour un étudiants d'aller se fournir dans une épicerie sociale et solidaire plutôt que d'aller se nourrir dans une distribution de rue...). Nous aurons également prochainement l'ouverture d'un restaurant solidaire en partenariat avec la FACE 06.

Lors du conseil municipal du 29 janvier dernier, nous avons renforcé le dispositif existant par de nouvelles actions opérationnelles solidaires pour les étudiants. 

 Lutte contre la précarité et l’isolement notamment avec la création d'une « réserve étudiante » avec des propositions de missions d'intérêt général au sein de la collectivité. Nous pourrons ainsi aider les étudiants et compenser ceux ayant perdu leur job étudiant.

-Une aide renforcée pour la détresse psychologique avec une ligne d'écoute dédiée aux jeunes. Un numéro et une boite e-mail dédiés ont été mis en place.
Cette cellule opérationnelle est organisée par le Centre Communal d'Action Sociale (CCAS) avec des travailleurs sociaux, des éducateurs et des psychologues du CHU spécialisés dans l'écoute des jeunes. 
Bien entendu, en tant qu’élue, nous sommes en première ligne pour assurer le suivi et vérifier s’il faut adapter les actions en fonction des besoins. A Nice, nous sommes tous sur le pont !

Pour la contacter :

Facebook : Jennifer Salles
Twitter : @JenniferSalles_
Mail : jsalles-barbosa@maregionsud.fr

Partager :  

Autres Actualités

19/02/2021
​Les Parlementaires Centristes ont adressé cette semaine, au Président de la République, une motion en faveur de l'introduction d'une dose de proportionnelle aux élections législatives :
19/02/2021
UN ÉLU UNE ACTION 3 questions à :Sébastien Mirgodin Conseiller municipal de Vitry-le-François (Marne) Président des Jeunes Centristes >>Pourquoi, lors du dernier Conseil municipal avez-vous défendu l’installation d’une borne de recharge ultra rapide pour les véhicules électriques ?Sébastien...
18/02/2021
Hervé Morin était l'invité du #Talk Le Figaro ce mercredi 17 février 2021.