20.03.2020

[COVID-19] Loïc Hervé : "Le gouvernement doit exiger la mise en place du télétravail et du confinement en Suisse."

 

Constatant que la Suisse n'a pas mis en place de mesures de confinement généralisé, le sénateur de Haute-Savoie Loïc Hervé interpelle le gouvernement Suisse pour que ce dernier durcisse les règles. "Il faut que le gouvernement ait des mesures cohérentes avec ce qu'il se passe en France."

 

"Nous sommes dans un bassin commun, il faut que l'on discute", proteste Loïc Hervé, sénateur UC de la Haute-Savoie. L'élu a interpellé le gouvernement pour exiger "la mise en place du télétravail et le confinement renforcé en Suisse". Des mesures qui n'ont en effet pas été prises dans le pays frontalier bien que le Conseil fédéral ait appelé sa population à réduire ses sorties (aller au travailler, chez le médecin ou à la pharmacie, faire les courses ou aider un proche). La demande est à ce-jour remontée à la cellule de crise du Ministère des affaires étrangères. 

Pour le sénateur, "ce qu'on fait en France ne sert à rien" tant que la Suisse n'appliquera pas les mêmes mesures que nous. "Le canton de Genève est une enclave en France", indique-t-il. En effet, il partage plus de 95% de ses frontières avec notre pays et tous les jours, des dizaines de milliers de Français se rendent en Suisse pour travailler. "Il faut qu'ils [les membres du gouvernement Suisse] aient des mesures cohérentes avec ce qu'il passe en France", martèle l'élu. 
 

"Moi, je suis contacté par tout un tas de gens : des entreprises, des habitants, des élus, etc. Qui me demandent ce qu'il faut faire et ne pas faire. Je passe ma vie à donner des conseils",  explique l'élu qui s'exaspère de voir "qu'à côté de lui", les mesures sont différentes de "ce que l'on mène en France".

"Ici, tout le monde s'applique un certain nombre de règles. Moi je ne vais pas au travail. Je pourrais aller à Paris mais je reste confiné. On fait tous l'effort de faire gaffe, affirme-t-il, agacé. "On doit demander des comptes aux Suisses. Moi, j'ai dit au ministre que l'on pouvait très bien les menacer d'appliquer aux frontaliers les mesures françaises", déclare-t-il. L'élu précise toutefois qu'il ne s'agit pas d'empêcher les soignants de se rendre au travail mais il demande que la frontière soit ouverte "à bon escient".

Source : Flore Caron de France 3 Auvergne-Rhône-Alpes.

Partager :  

Autres Actualités

28/05/2020
  Entretien avec Arnaud Tanquerel, adjoint au maire de Bayeux en charge de l'environnement, des sports, des loisirs et de la jeunesse ; vice-président de Bayeux intercom en charge de l'enseignement.   En tant que vice-président en charge de l’enseignement au sein de l’intercommunalité de Bayeux,...
27/05/2020
Hervé Maurey, sénateur, Président de la commission de l'aménagement du territoire et du développement durable au Sénat, questionnait la ministre de la cohésion des territoires Jacqueline Gourault sur les conséquences économiques et financières de la crise du Covid-19 sur les collectivités...
27/05/2020
Dans une tribune accordée au magazine L'Opinion, notre députée européenne Nathalie Colin-Oesterlé plaide pour une coopération entre États membres pour lutter contre les pénuries de médicaments en Europe.   La question éminemment sensible de la pénurie de médicaments et de matériel médical à...