24.10.2017

Budget de la Sécurité Sociale : propositions de Philippe Vigier pour plus de justice et d’efficacité

Dans la perspective de l’examen du Projet de Loi de Financement à la Sécurité Sociale pour 2018, qui débute aujourd’hui à l’Assemblée nationale, Philippe Vigier présente plusieurs propositions fortes pour plus de justice et d’efficacité :

  • le rétablissement des baisses de charges salariales liées aux heures supplémentaires : il s’agissait d’une promesse d’Emmanuel Macron, qu’il est urgent de mettre en œuvre, pour donner plus de pouvoir d’achat aux salariées et aux salariés et relancer le moteur de la consommation.
  • la suppression de la hausse de la CSG, remplacée par une hausse de la TVA : le choix du levier de la TVA permettra de taxer les importations étrangères pour financer les baisses de charges salariales prévues par le gouvernement et épargnera le pouvoir d’achat des retraités.
  • le maintien de la baisse des cotisations maladie pour nos exploitations agricoles, rudement éprouvées par la crise, et la compensation intégrale de la hausse de la CSG. Il n’est pas question que la réforme du RSI et de la protection sociale des indépendants se fasse au détriment de nos agriculteurs, qui doivent être davantage soutenus face à leurs concurrents européens et mondiaux.
  • la défense de la politique familiale, en annulant la ponction de 300 millions d’euros prévue par ce budget, conformément à ce que déclarait le Premier Ministre lors de son discours de politique générale : « Nous cesserons donc de considérer les familles comme de simples variables d’ajustement fiscal ».
  • la défense des personnes retraitées, en annulant le gel des pensions de retraites prévu pour 2018 : tout comme la politique familiale, les pensions de retraites ne sont pas une variable d’ajustement budgétaire, mais des droits acquis au prix d’une vie de travail. Il est essentiel d’éviter une double peine aux personnes retraitées, qui seront aussi frappées par la hausse de la CSG.
  • une augmentation significative du numerus clausus pour changer totalement de logiciel dans la lutte contre les déserts médicaux : pour pallier les failles de notre système de soins, cessons de faire appel à des professionnelles et des professionnels de santé étrangers, dont le niveau de compétence est inégal. Permettons à un plus grand nombre d’étudiantes et d’étudiants de devenir médecin, en priorité dans les déserts médicaux.
Partager :  

Autres Actualités

25/11/2017
28 - Eure-et-Loir - 4ème circonscription Philippe VIGIER (Député sortant)   41 - Loir-et-Cher - 3ème circonscription Maurice LEROY (Député sortant)   51 - Marne - 5ème circonscription Charles DE COURSON (Député sortant)   59 - Nord - 7ème circonscription Francis VERCAMER (député sortant)   80...
22/11/2017
Hervé Morin élu président de l'Association Régions de France L'association Régions de France (RF) est l'institution de représentation des régions auprès des pouvoirs publics français et des institutions européennes. La RF a été créée en décembre 1998 pour répondre au besoin de concertation étroite...
16/11/2017
Hervé Maurey, Sénateur de l’Eure, Président de la Commission de  l’aménagement  du territoire et du développement durable, a déposé un amendement instaurant un dispositif expérimental de conventionnement sélectif des médecins pour lutter contre la désertification médicale, dans le cadre de l’examen...