30.05.2020

Application Stop Covid : nos parlementaires s'y opposent.

 

Le 27 mai dernier, le secrétaire d’Etat au numérique, Cédric O, prononçait devant les deux chambres du Parlement, une déclaration suivie d’un vote relative à l’application de traçage social Stop Covid. Les sénateurs et députés centristes se sont majoritairement prononcés contre cette application, évoquant notamment l’atteinte aux libertés publiques. Ce n’est pas tant cette application que Loïc Hervé redoute (d’autant plus que chacun est libre de l’installer ou non), mais toutes celles qui vont découler de « la construction d’une architecture numérique de traçage social ».

 

La CNIL, dont Loïc Hervé est membre, s’est par deux fois prononcée favorable à cette application mais a émis des réserves : des contrôles quant à sa conformité au Règlement Général de Protection des Données (RGPD) seront mis en œuvre. De plus, se demande Charles de Courson, si l’application est légale, pourquoi la présenter au Parlement ? Pourquoi la soumettre à un vote ? L’installation de Stop Covid est laissée au libre-arbitre de chacun, ajoute-t-il, mais comment croire que ceux qui ne l’installeront pas ne seront pas vus comme des irresponsables ? Comment croire que les Français frappés d’illectronisme donneront un consentement éclairé à ce dispositif ?

 

Ce qui importe surtout Loïc Hervé c’est l’évolution de nos sociétés vers le solutionnisme technologique : notre société de la bienveillance ne risque-t-elle pas de se changer en société de la surveillance ? Si demain un gouvernement moins respectueux des valeurs de la République arrivait au pouvoir, il pourrait se servir de ce genre d’applications pour mettre en place une surveillance généralisée.

 

Pour Loïc Hervé, l’enjeu n’est pas tellement dans cette application dont le gouvernement nous assure que les données seront très rapidement supprimées. L’enjeu est dans le long terme. Progressivement, on admet qu’une autorité étatique puisse observer avec qui le citoyen a été en contact : « On renforce la sécurité alors que dans mon esprit il faudrait renforcer la responsabilité individuelle. »

 

Charles de Courson rappelle que presque trois semaines après le début du déconfinement, les chiffres de propagation du virus sont incontestablement en baisse. Quitte à mettre en place l’application Stop Covid, il aurait fallu le faire comme une alternative au confinement, comme en Corée, selon Loïc Hervé.

 

Pour Catherine Morin-Desailly, le problème n’est pas dans l’application Stop Covid, mais dans Health Data Hub. La gestion de cette plateforme mise en place par le ministère de la Santé pour centraliser les données médicales, est confiée à Microsoft. Pourquoi ne pas avoir choisi une entreprise française, voire européenne ? D’autant plus que le marché européen de la gestion des données va largement se développer à l’avenir. « On confie aux GAFAM la gestion de notre plateforme de santé ! », alerte la sénatrice de Seine-Maritime.

 

Un système européen de traçage social a été évoqué à plusieurs reprises, mais aujourd’hui, la France est la seule à mettre en place un système centralisé. D’autres pays européens mettent en place un système décentralisé porté par les GAFAM que Loïc Hervé ne souhaite pas davantage.

 

Le sénateur de Haute-Savoie appelle à ne pas franchir une ligne rouge : « l’application Apple-Google sera installée par défaut et servira à d’autres fins demain ».

 

Charles de Courson ose cette comparaison avec « Le meilleur des mondes » d’Aldous Huxley : « les illusions d’un monde meilleur avec toujours plus de numérique s’évanouissent et les citoyens découvrent la perte progressive de leurs libertés ».

Partager :  

Autres Actualités

25/06/2020
Covid-19, remaniement, report éventuel des élections régionales... Hervé Morin était l'invité de Caroline Roux dans l'émission Les 4 Vérités.
15/06/2020
Invité de Public Sénat, Hervé Morin a été invité à réagir au discours du Président de la République, notamment lorsque ce dernier a annoncé vouloir donner plus de libertés et de possibilités aux collectivités. "Le système représentatif a ses limites, il faut des moyens complémentaires de...
08/06/2020
Pierre Maurin, 53 ans est marié et père de trois enfants. Son parcours professionnel l’a rapidement amené à Paris ou il est aujourd'hui rntrepreneur dans l'univers des ressources humaines. Engagé en politique depuis plusieurs années, il est Délégué Les Centristes de la Fédération de Paris et...